Née en Normandie, Sophie Cybèle s’oriente dès le lycée à Paris, vers une formation académique en arts appliqués. Elle s’épanouit dans ce milieu, et comprend que la création favorise un moyen d'expression sans passer par les mots. C'est ainsi que Sophie délaisse un moment son cursus artistique et s’oriente vers des études supérieures en psychologie.

En parallèle, elle avance dans sa pratique artistique, elle se dégage de la figuration et de l’intellectualisation pour se diriger vers d’une peinture plus personnelle, favorisant l’émotion individuelle: l'abstraction lyrique.

Plus tard, la découverte des peintres chinois Zao Wou-Ki et Chu Teh-Chun devient une source d’inspiration. Elle admire leur gestuelle libre et ample, la force et les nuances de leurs couleurs ainsi que leur maîtrise dans la composition des vides et des pleins.

 

La pratique de la danse pendant de nombreuses années lui a aussi fait comprendre que l’engagement du corps est indispensable pour donner un sens à la trace. Elle aime le travail de Georges Matthieu pour sa spontanéité et le dynamisme du trait.

 

La création de Sophie a changé de nature lorsqu'elle devient mère. Elle commence des peintures sur grands formats qui lui permettent plus d’aisance et un certain lâcher prise (son pseudo ''Cybèle'', pour la déesse romaine de la fertilité).

Chaque toile, chaque support est une aire de jeu. Elle joue avec les couleurs et la matière, et s’inspire de manière indirecte ou non, de son quotidien et des photos zoomées ou prise en mouvement dans la nature. Il n’y a pas ou peu de travail préparatoire apparent.  Sophie aime créer la surprise pour elle et le spectateur afin qu'il stimule l'imagination et invite au rêve.

  • facebook-square
  • flickr-square
  • Twitter Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now